Le QI de votre rosier dépasse t-il celui de votre hamster ?

Entre intelligence végétale et anthropomorphisme.

Les questions les plus saugrenues peuvent parfois nous révéler bien des surprises. A-t-on déjà entendu parler du Q.I. d’une plante, voire même d’intelligence végétale ? Le monde végétal a longtemps été considéré comme inférieur au monde animal car supposé moins évolué. Si un jour on vous a traité de légume, ce n’était pas un compliment, et tout ce qui fait référence à un état végétatif a une connotation péjorative.

Pour savoir si les plantes sont douées d’intelligence, il faut d’abord définir l’intelligence. S’il s’agit de débattre de concepts abstraits, je ne suis pas sûre que votre rosier soit un bon interlocuteur. Par contre, si l’on considère l’intelligence comme la capacité à résoudre des problèmes, l’existence même de votre rosier démontre qu’il en est doté. Alors pourquoi cela nous semble si étrange ? Au cours de l’évolution, les mondes animal et végétal ont pris des directions totalement différentes et l’homme, malgré sa si grande intelligence, a du mal à comprendre son lointain ancêtre.

Une première différence fondamentale réside dans la mobilité des animaux et l’immobilité des plantes. Mais la différence essentielle tient à l’organisation même de ces deux types d’organismes. Les animaux sont des individus dans le sens où ils ne sont pas divisibles. Les plantes par contre, sont divisibles. Vous avez peut être mis à profit cette propriété en bouturant votre rosier. Si votre plante est divisible, elle n’est pas un individu. Mais si elle n’est pas un individu, qu’est-elle ? Tout simplement une colonie, comme les abeilles ou les fourmis. Chaque partie est importante mais aucune n’est indispensable.

Une autre différence est liée au fonctionnement des animaux et des plantes. Chez les animaux, un organe occupe une fonction (les poumons pour respirer). Chez les plantes les fonctions sont réparties sur toute leur surface (c’est toute la partie aérienne qui respire). Elles peuvent se faire manger et repousser sans problème. Pour l’intelligence, l’organisation est du même type. Elle se répartit dans la plante et plus particulièrement à la pointe des racines. On y trouve un organe sensoriel sophistiqué qui enregistre différents paramètres : humidité, présence de nutriments ou de polluants ainsi que leur concentration, présence d’un obstacle à contourner, mais aussi pesanteur et champ électromagnétique. Chaque petite pointe de racine va analyser ces paramètres et choisir la direction de sa croissance. Mais comme dans notre essaim d’abeilles, les racines tiennent compte de la position de l’ensemble des autres racines afin qu’elle ne se dirigent pas toutes vers le même endroit. Cela signifie que les pointes racinaires communiquent entre elles. Elles connaissent les paramètres mesurés par les autres apex et compilent les données pour une croissance optimisée. C’est pour cela que l’on compare l’intelligence végétale à un réseau internet où l’intelligence collective est supérieure à celle de chaque individu.

Alors, intelligentes les plantes ? Surprenantes, étonnantes, fascinantes ! Que l’on qualifie leurs incroyables capacités d’intelligence ou non, elles font partie d’un monde fantastique dont nous avons encore beaucoup à apprendre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s